Morgane Colombert, enseignant-chercheure (EIVP / Lab’Urba) et chargée de programme d’expérimentation (Efficacity)

Partager
Partager sur Linkedin

Nom : Colombert

Prénom : Morgane

Entreprise : Ecole des ingénieurs de la Ville de Paris (EIVP) / Lab’Urba et Efficacity

Fonction : Chargée du programme d’expérimentation “Mesure et maîtrise du confort urbain et de la qualité environnementale” (Paris La Défense) chez Efficacity

 

Quel est ton parcours professionnel ?

Ingénieure diplômée de l’Ecole des Ingénieurs de la Ville de Paris (EIVP) et docteure en génie urbain de l’Université Paris-Est (reconnue dans la prise en compte de l’îlot de chaleur au sein des différents moyens d’intervention sur la ville), je suis aujourd’hui enseignant-chercheure au sein du Lab’Urba et de l’EIVP. Depuis une quinzaine d’années, je mène une recherche sur la capacité d’un territoire, tel que le Grand Paris, à s’adapter aux changements climatiques et faire face aux enjeux de la transition énergétique.

Dès 2005, mes différents engagements professionnels auprès du Centre scientifique et technique du Bâtiment (CSTB) puis de l’EIVP m’ont permis d’observer et de participer à une variété de réflexions et d’actions mises en œuvre en Ile-de-France pour faire évoluer la stratégie climatique et énergétique du territoire, et notamment celle de la Ville de Paris. Ce décryptage des politiques publiques est ainsi, avec l’analyse, l’observation et la modélisation des phénomènes physiques à l’œuvre, un des points clés des activités de recherche ou d’expertise que je mène.

Quelle est ta mission au sein d’Efficacity ?

Après avoir participé au projet d’Efficacity sur la récupération des sources de chaleur fatale en milieu urbain, je suis désormais en charge du programme d’expérimentation « Mesure et maîtrise du confort urbain et de la qualité environnementale » déployé sur le territoire de Paris La Défense. Le confort urbain et la qualité d’usage des espaces publics sont des facteurs d’attractivité évidents pour un territoire. Paris La Défense souhaite avoir à la fois une plus grande connaissance de son territoire en termes de température, vent, bruit ou encore qualité de l’air, et pouvoir qualifier la pertinence de certains mobiliers urbains ou matériaux ayant un impact sur ces paramètres environnementaux. Ce programme d’expérimentations fera notamment appel à la mise en place de capteurs.

Sur quels sujets/projets travailles-tu au sein de ton entreprise/entité ?

Une grande partie de mon activité consiste à enseigner et à proposer des exercices pédagogiques aux étudiants de l’EIVP pour qu’ils soient en capacité, à l’avenir, de proposer des méthodes d’évaluations environnementales pertinentes et d’avoir un regard critique sur la transition énergétique et climatique engagée dans leurs futures entreprises, sociétés, organisations.

Dans le cadre de l’autre volet de mon activité, la recherche, je réfléchis aux relations entre milieu urbain, énergie et climat. Je finalise actuellement avec d’autres partenaires le projet ASCENS (Articulation des Stratégies Climat ENergie et planification Spatiale : quels leviers d’amélioration ?), financé par l’ADEME, et pour lequel j’ai analysé la situation de Paris avec l’équipe de recherche de l’EIVP (pour plus d’informations : https://www.auxilia-conseil.com/projets-recherche/articulation-des-strategies-climat-energie-et-planification-spatiale-quels-leviers-damelioration). J’encadre aussi, sur un sujet plus technique, la thèse de Samuel Chiche, ingénieur de recherche à Efficacity, sur l’intégration des sources de chaleur fatale dans les réseaux de chaleur (https://www.efficacity.com/ma-these-efficacity-interview-avec-samuel-chiche/).

Partager
Partager sur Linkedin